Le droit à l’énergie est un droit fondamental pour tous les êtres humains et toutes les populations de la terre.

La COP21, par l’acte solennel de 196 pays, a fait naître un grand espoir face à la gravité et l’urgence de la situation climatique mondiale. Pour cela les actes doivent être à la hauteur des enjeux. En particulier, il faut au plus vite mettre un terme à l’usage des énergies fossiles. A cette fin, il faut mettre en œuvre les mécanismes de financement adaptés aux besoins et trajectoires des différents pays.

La transition énergétique ne peut se réaliser, avec la rapidité nécessaire, en répondant aux besoins sociaux et environnementaux, tant qu’elle sera captive d’un marché livré au capitalisme financier.

La FMTS pose l’exigence de passer, dans le domaine énergétique, de la concurrence à la solidarité et à la coopération.

La transition énergétique ne peut s’opérer au bénéfice de tous les êtres humains sans une programmation internationale concertée, assortie d’un dispositif permettant de prendre en compte les besoins des populations.

La FMTS appelle ses organisations affiliées à se mobiliser :

A. Sur la recherche :

  1. Pour construire de grands programmes de recherche sur les nouvelles sources d’énergie, sur les moyens et méthodes d’économie d’énergie et plus largement sur la transition énergétique.

  2. Pour condamner les politiques actuelles de recherche orientées principalement vers la satisfaction des demandes des entreprises multinationales et vers le soutien à la compétitivité des territoires soumis à une concurrence économique extrême engendrée par les accords de libre échange.

B. Sur la réalisation de la transition énergétique :

  1. Pour mettre en œuvre de façon programmée, en fonction des besoins et des ressources des pays, la complémentarité des différentes sortes d’énergies.

  2. Pour établir les coopérations scientifiques, technologiques et financières entre les nations du Nord et Sud.

  3. Pour mettre en place une agence internationale pour la transition énergétique ayant pour objet la collecte de fonds et la programmation internationale de la transition énergétique, incluant de grands programmes de recherche.

En particulier, afin de financer la transition énergétique, elle les invite à se mobiliser pour :

– Un processus rapide de suppression des subventions aux énergies fossiles, avec les aides internationales nécessaires et une réaffectation au développement des énergies renouvelables.

– La mise en place de la taxation sur les transactions financières et d’une taxe de 1% sur les fortunes des milliardaires, tel que préconisé par l’ONU (rapport de la CNUCED)

– Le transfert d’une part importante des budgets militaires vers la transition énergétique.

– Le respect de la promesse d’un abondement par les pays riches au Fonds Vert Climat, à hauteur d’au moins 100 milliards de dollars par an, chiffre de la déclaration de Cancun (2010).

La FMTS portera l’ensemble de ces propositions auprès des organisations de l’ONU et en fera la promotion auprès des ONG internationales et des fédérations et confédérations syndicales internationales et régionales.

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *