13 Déc 2017
décembre 13, 2017

Une bonne nouvelle de l’Unesco

Aucun commentaire

La 39ème Conférence Générale, dans sa session du 10 novembre 2017 vient d’adopter une nouvelle recommandation concernant la science et les chercheurs scientifiques.

AG22-36GT3Unesco.RecommandationScienceChercheurs2017

La FMTS a rassemblé et porté sous forme d’amendements les exigences de ses organisations affiliées comme la nôtre. Après 2 ans de dialogues, de contributions, le service de l’UNESCO en charge du suivi de la révision a réalisé une version synthétique soumise dans une deuxième étape aux Etats. A cette étape nous avons eu à nouveau des inquiétudes mais la version présentée à la conférence générale le mois dernier était quasiment cette synthèse d’il y a un an, au titre près ; la nouvelle recommandation s’intitule « Recommandation concernant la science et les chercheurs scientifiques »

Cette recommandation est un bon texte car :

Il considère la science comme un bien commun au delà des intérêts particuliers.

Il établit aussi le lien entre l’importance croissante des activités scientifiques dans l’activité humaine et le besoin de soutenir le personnel scientifique, sa protection, sa reconnaissance, sa formation et sa responsabilité.

Elle arrive à point nommé :

  • au moment où des forces obscurantistes mettent en cause les fondements de la connaissance scientifique et limitent l’éducation des enfants ;
  • au moment où le réchauffement climatique devrait conduire l’humanité a focaliser le développement technologique et scientifique pour lui garantir un avenir durable ;
  • au moment où l’exacerbation des tensions internationales nécessite de nouvelles connaissances pour rétablir la compréhension et la paix entre les hommes ;
  • au moment où la financiarisation mondiale de l’économie privilégie l’innovation à court terme au détriment de la recherche long terme et contribue ainsi à la précarisation du travail scientifique ;

Ce document pourra servir de repère à la communauté scientifique et aux forces progressistes dans le monde. Celles-ci devront en faire la promotion auprès des scientifiques eux-mêmes, de leurs organisations et des autorités politiques et professionnelles car il est à craindre qu’aucune publicité ne soit faite de ce document.

Jean-Paul Lainé, 30 novembre 2017

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *