Appel à l’ensemble des organisations de travailleurs scientifiques

Télécharger pdf

Préparons ensemble dans chaque pays une « Journée mondiale contre la précarité des travailleurs scientifiques et en faveur d’une recherche scientifique au service du peuple ».

Cette action devrait se dérouler d’ici la fin de l’année 2016.

Les motivations sont de plusieurs ordres :

  • Dans la plupart des pays, la précarité du personnel de recherche, y compris les jeunes et les femmes, est très répandue et croissante. Cela se traduit par: La détérioration des salaires, l’emploi et les conditions de vie des travailleurs scientifiques;

  • Le découragement et l’abandon des carrières scientifiques s’accroît ainsi que le discrédit des professions scientifiques par le public.

  • Il existe un lien étroit entre la précarité croissante de l’emploi scientifique et la baisse de la qualité de la recherche scientifique.

En outre, suivant des recommandations d’institutions internationales telles que de l’OCDE, de nombreux pays convergent dans leurs politiques de restructuration de la recherche et de l’enseignement supérieur:

  • Développement d’une gestion de type privé et bureaucratique dans les organisations scientifiques exercée par des directions ou organismes nommés ;

  • Diminution générale de l’investissement dans la science, à savoir dans les équipements, les infrastructures et les ressources humaines ;

  • Augmentation des projets de recherche à court terme, axés sur des objectifs limités ;

  • Pilotage de la recherche par le financement de projets et les partenaires extérieurs, réduisant l’autonomie des chercheurs et accroissant les restrictions imposées à la liberté académique .

Ensemble, ces choix politiques se traduisent par la montée de l’incertitude des carrières scientifiques, affectant la qualité de la recherche. De nombreux objectifs de recherche, y compris au plan fondamental, sont négligés au profit de quelques domaines de recherche prioritaires, au moyen d’un financement biaisé, privilégiant la science avec des résultats rentables (en termes de valeur financière et d’exploitation commerciale potentielle des résultats scientifiques). Les relations de travail se durcissent, la compétition sous couvert « d’Excellence » se répand dans les laboratoires avec des conséquences négatives pour la recherche scientifique.

Il devient donc nécessaire de mobiliser les travailleurs scientifiques et leurs organisations sur une expression collective pour alerter les populations sur les conséquences de cette situation pour la recherche et la société. Les scientifiques auront également le devoir de proposer des politiques alternatives de recherche au service des besoins culturels et matériels de l’humanité.

Nous sommes attentifs à ne pas isoler la population des scientifiques de celles des autres catégories de travailleurs qui subissent également de manière dramatique la précarisation. Par conséquent, la convergence d’actions est souhaitable, notamment lors de cette Journée mondiale.

A cette fin, il semble indispensable de lier l’action contre la précarité, y compris dans ses objectifs concrets (augmentation des revenus et de la stabilité d’emploi, garanties sociales, droits nouveaux, etc…) à celle pour d’autres objectifs de recherche :

  • Dans le domaine de la recherche fondamentale pour répondre à la demande de connaissances et au développement culturel, en garantissant le respect des libertés académiques ;

  • Dans le domaine de la recherche finalisée pour améliorer toutes les activités humaines, mieux répondre à tous les besoins dans un cadre de développement durable et pacifique ;

  • En promouvant la coopération et la démocratie dans la société et donc dans la recherche, ce qui suppose que les travailleurs scientifiques soient partie prenante à toutes les décisions les concernant ;

  • En favorisant la promotion des sciences et de l’esprit critique dans la société.

La mobilisation sur des politiques alternatives de recherche peut être très mobilisatrice pour les jeunes générations de scientifiques, comme en témoignent les mouvements et organisations de Post Doc en Espagne,au Portugal ou en France. Au cours des dernières années, l’intervention de ces organisations a acquis une notoriété publique au niveau national et international.

La Journée mondiale pourrait également permettre la promotion de la Recommandation de 1974 de l’Unesco concernant la condition des chercheurs scientifiques et sa nécessaire mise à jour.

Agissons dans chaque pays :

Nous proposons de préparer tout au long de 2016 les conditions pour une expression la plus large lors de cette Journée mondiale qui pourrait se tenir au cours des derniers mois de 2016.

La mobilisation préalable des organisations affiliées des la FMTS est évidente. Il leur revient, en pleine coopération avec les scientifiques et organisations de leur pays, de décider des mots d’ordre, des formes d’organisation et des initiatives préparés pour cette Journée mondiale.

A cette occasion des délégations de scientifiques pourraient être synchronisées auprès d’institutions nationales, régionales et mondiales, comme les gouvernements, la Commission européenne et l’Unesco.

La FMTS et ses instances décisionnelles mettront tout en œuvre pour promouvoir les objectifs de cette Journée mondiale, pour relayer toutes les préparations et expressions s’y rapportant.

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *